Nouveau pavillonRepenser l’espace

Publié en Septembre 2018clockTemps de lecture : 1m30s
scroll-down

Partenaire Exclusif et Montre Officielle de l’Exposition internationale d’architecture pour la troisième fois depuis 2014, Rolex renforce sa contribution de longue date à l’innovation architecturale. Pour l’édition 2018, la marque voit sa participation célébrée par un pavillon au design novateur.

Tous les deux ans, les Giardini et les immenses bâtiments de l’arsenal de Venise accueillent durant six mois la plus importante exposition d’architecture au monde et ses 600 000 visiteurs, grands noms du domaine, étudiants et passionnés de design en tout genre. Les expositions et autres moments phares de cette manifestation réunissent architectes, institutions académiques et organisations provenant de plus de 65 pays.

Lors des premières semaines de la Biennale Architettura de Venise, il n’est pas rare d’apercevoir un célèbre architecte monter ou descendre d’un vaporetto ou une sommité du domaine attablée sur une terrasse de la via Giuseppe Garibaldi, à deux pas. L’ambiance est à la fois décontractée et animée, comme si quelque chose pouvait se produire à tout instant.

Sous les feuillages, les Giardini offrent un cadre des plus paisibles pour découvrir les installations thématiques des pavillons nationaux – dont certains ont été conçus par de grands noms de l’architecture. La visite de l’arsenal, sur un parcours de 450 mètres, est autrement saisissante : entre ombre et lumière, ces anciennes halles de construction navale érigées au XVIe siècle constituent un décor grandiose.

C’est ici que sont dévoilés les concepts architecturaux les plus récents et les plus novateurs. L’excellence dans le design étant essentielle tant en architecture qu’en horlogerie, il n’est pas surprenant que Rolex soit une nouvelle fois Partenaire Exclusif et Montre Officielle de l’Exposition internationale d’architecture de La Biennale di Venezia. Du 26 mai au 25 novembre 2018, Rolex est partenaire pour la troisième fois depuis 2014 du plus grand et du plus important forum consacré à l’architecture, dont la vocation est de contribuer à de meilleurs cadres de vie et de travail dans le monde. Intitulé « Freespace », le thème de la Biennale Architettura 2018 a été choisi par les commissaires de cette édition, Yvonne Farrell et Shelley McNamara, du cabinet Grafton Architects de Dublin. Leur souhait est de valoriser la « générosité d’esprit et le sens d’humanité » inhérents à l’architecture en mettant l’accent sur la qualité de l’espace.

Rolex et l’architecture

Depuis 1905, les montres Rolex reflètent l’imagination et l’innovation technique de la marque ainsi que sa capacité à exploiter de la meilleure façon forme et espace – des qualités qui rappellent les liens étroits qui l’unissent à l’architecture.

La relation entre Rolex et l’architecture d’exception remonte aux années 1960. A cette époque, la marque commence à faire appel aux plus grands architectes pour la conception de bâtiments en Suisse, aux États-Unis et au Japon. Parmi ces architectes de renom figure aujourd’hui Kazuyo Sejima, codirectrice de l’agence japonaise SANAA et lauréate d’un prix Pritzker, mandatée par l’EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne) pour concevoir l’impressionnant Rolex Learning Center. Fumihiko Maki et Kengo Kuma, eux aussi Japonais, ont respectivement signé les centres de service et de vente de Rolex à Tokyo et à Dallas, et l’Américain Michael Graves, grande figure de l’architecture postmoderne, a quant à lui conçu le Lititz Watch Technicum, en Pennsylvanie.

La manufacture soutient pour la troisième fois depuis 2014 le plus grand et le plus important forum consacré à l’architecture, dont la vocation est de contribuer à de meilleurs cadres de vie et de travail dans le monde.

Le thème « Freespace » a trouvé un écho chez de nombreux architectes tels que Kazuyo Sejima. Intéressée très jeune par les spécificités de différents types d’espaces, elle a développé un style privilégiant les constructions transparentes, aux intérieurs sobres et dégagés. Son approche du design a notamment été influencée par la Sky House de Kiyonori Kikutake, une construction qu’elle avait vue pour la première fois sur une photo dans son enfance avant de la redécouvrir dans un ouvrage à l’université. « Magnifique et moderne, comme soulevée dans le ciel, elle révélait la magie de l’espace qui l’entourait », se souvient l’architecte.

« Lorsque j’ai lancé mon cabinet d’architecture, j’ai réfléchi au type d’espace que je souhaitais créer et je me suis intéressée aux parcs, explique-t-elle. Au Japon, les parcs répondent à des envies et à des besoins très variés. Certains usagers s’y reposent, d’autres y dansent, certains sont seuls, d’autres en groupe, et tous les âges y sont représentés. »

« Chacun profite du parc à sa façon, mais en fin de compte, tous ressentent un esprit de communauté et partagent un lieu commun, sans même se parler. C’est mon idéal. J’estime qu’il est important que les bâtiments possèdent aussi de tels espaces. »

Pour son compatriote Kengo Kuma, la visite du Yoyogi National Gymnasium, construit pour les Jeux olympiques de Tokyo de 1964, a été révélatrice. « C’était un espace si impressionnant ! C’est à ce moment et à cet endroit que j’ai décidé de devenir architecte. »

Kengo Kuma est réputé pour la subtilité avec laquelle les matériaux qu’il utilise se fondent dans leur environnement direct. Le bâtiment Rolex qu’il a conçu à Dallas et dont l’inauguration est prévue en 2018 illustre parfaitement ce style : certains murs sont tapissés de panneaux espacés pour produire un effet de légèreté. Kengo Kuma a ainsi souhaité susciter « l’émerveillement, l’imagination et une prise de conscience du facteur humain dans le savoir-faire ».

Le pavillon Rolex, une source d’inspiration

Conçu pour marquer la 16e édition de la Biennale Architettura, le nouveau pavillon Rolex se distingue par son architecture inspirée du design des montres Rolex. Sa structure légère est constituée de parois en verre et en aluminium plié de couleur bronze. Cette forme rappelle l’emblématique lunette cannelée de l’Oyster Perpetual Day-Date, une montre légendaire née en 1956.

Le pavillon met en exergue la collaboration entre le célèbre architecte britannique sir David Chipperfield et le Suisse Simon Kretz, respectivement mentor et protégé en 2016-2017. Réunis dans le cadre du Programme Rolex de mentorat artistique, les deux architectes ont repensé l’urbanisation.

Le pavillon met en exergue la collaboration entre le célèbre architecte britannique sir David Chipperfield et le Suisse Simon Kretz, respectivement mentor et protégé lors de l’édition 2016-2017 du Programme Rolex de mentorat artistique.

Cette initiative philanthropique, qui se décline en sept disciplines – architecture, art dramatique, arts visuels, cinéma, danse, littérature et musique –, permet à de jeunes talents de vivre une année de mentorat individuel auprès d’un artiste confirmé. De grands architectes ont joué le rôle de mentor, à l’image de Kazuyo Sejima, du Portugais Álvaro Siza et du Suisse Peter Zumthor. L’architecte britannico-ghanéen sir David Adjaye sera mentor lors de l’édition 2018-2019 du programme.

Fruit de la collaboration entre sir David Chipperfield et Simon Kretz, un ouvrage intitulé On Planning – A Thought Experiment a été publié avec le soutien de Rolex et de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Il vise à déterminer comment une approche plus globale du développement urbain pourrait favoriser le bien-être des citadins par une meilleure intégration et une volonté d’innover – volonté chère à Rolex depuis plus d’un siècle.

Perpétuer la culture

Arts

En savoir plus

Partager cette page