Des alertes médicales grâce à un patch connecté

Mark Kendall

Après avoir créé un patch indolore pour administrer des vaccins, le scientifique australien Mark Kendall développe désormais des patches connectés qui envoient des alertes précoces dans le cadre de la prise en charge de patients cardiaques.

Pour l’ingénieur biomédical Mark Kendall, l’idée avant-gardiste d’utiliser la technologie de propulsion pour améliorer la vaccination s’est transformée en un traitement personnalisé adapté aux besoins du patient, une révolution dans le monde de la médecine moderne.

Mark Kendall a remporté son Prix Rolex en 2012 pour son travail sur le Nanopatch, un patch miniature adhésif plus petit qu’un ongle équipé de 20 000 nano-aiguilles recouvertes d’une poudre de vaccin lyophilisée, tout juste assez longues pour pénétrer l’épiderme et atteindre juste en-dessous les cellules du système immunitaire. Sans avoir besoin de préserver la chaîne de froid vaccinale, toute personne peut administrer le vaccin et ce, partout dans le monde.

Le Prix Rolex a permis au scientifique australien de tester son patch de vaccination hautement efficace et indolore dans des conditions difficiles dans les contrées rurales de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le succès de ces essais sur le terrain a permis d’être soutenu par l’Organisation mondiale de la Santé, la fondation Bill & Melinda Gates et par plusieurs grands laboratoires pharmaceutiques.

 Rolex m’a permis de court-circuiter le modèle classique de l’innovation.Mark Kendall

Actuellement, le patch fait l’objet d’essais cliniques pour plusieurs maladies, dont la grippe, la rougeole et la poliomyélite. « Je suis convaincu que ce chemin parcouru n’aurait pas eu lieu sans le cataclysme provoqué par le Prix Rolex », pense Mark Kendall. « Rolex m’a permis de court-circuiter le modèle classique de l’innovation, à savoir vous commencez par développer et tester votre technologie dans les pays développés puis après de nombreuses années, elle devient assez bon marché pour être utilisée dans les pays en voie de développement. »

En réfléchissant sur la simplicité d’usage et le coût moins élevé des patches, Mark Kendall a imaginé sa prochaine découverte : un patch connecté. « Un membre de ma famille a eu deux crises cardiaques et j’ai pu à cette occasion observer tout ce qu’il a traversé. J’ai été déconcerté par la dimension rudimentaire du traitement. » Il a commencé à se demander s’il ne serait pas possible de détecter une crise cardiaque avant qu’elle n’advienne et ainsi arrêter la plus grande cause de décès sur Terre.

Ses dispositifs WearOptimo consistent en de discrets triangles de plastique stratifié qui se collent sur la peau comme un pansement. Une série de capteurs électroniques sont intégrés entre les couches de ces triangles pour détecter ce qu’il se passe dans le corps de celui qui bénéficie du dispositif. Des rapports sont envoyés directement sur le smartphone du patient, son médecin ou à l’hôpital. À l’heure actuelle, trois patches connectés sont en cours de développement et d’autres suivront.

Lorsque le myocarde d’un patient cardiaque commence à se détériorer, les cellules se nécrosent et libèrent de la troponine dans la circulation sanguine. Le dispositif cardiaque WearOptimo détecte cette étape et contrôle son augmentation, donnant ainsi l’alerte sur les signes avant-coureurs d’un événement potentiellement fatal. Cela permet aux médecins d’agir à temps pour sauver une vie.

Pour Mark Kendall, développer le concept WearOptimo lui a appris quelque chose d’essentiel : c’est le chemin du patient vers la voie de la guérison qui est souvent à l’origine de la rapidité et de la qualité de la rémission. Grâce au contrôle permanent des signes vitaux et des indicateurs, ses dispositifs permettent aux médecins d’adapter le traitement à chaque patient et en fonction de l’évolution de la maladie. Des applications récentes ont été trouvées en chimiothérapie et dans l’optimisation du traitement des patients atteints de la COVID-19.

Mark Kendall attribue son succès dans l’innovation médicale à son approche interdisciplinaire entre la science et la technique. « Les bonnes idées peuvent venir de n’importe où. Certaines des meilleures idées viennent des personnes en dehors d’une discipline donnée », affirme-t-il.

Inventeur prolifique, il détient désormais à son actif 130 brevets, 2 milliards de dollars en valeur médicale générée, sept licences commerciales majeures et 40 étudiants suivis dans le cadre de recherches.

 Le Prix Rolex m’a encouragé à être encore plus audacieux et courageux dans ce que j’entreprends.Mark Kendall

« Le Prix Rolex m’a encouragé à être encore plus audacieux et courageux dans ce que j’entreprends. Il m’a permis également de rentrer en contact avec les personnes les plus incroyables, notamment des experts qui envisagent les défis sur le long terme. »

Les Prix Rolex font partie de Perpetual Planet, une initiative mise en place par la marque pour aider à préserver les écosystèmes sur Terre et le bien-être des êtres humains en encourageant à repousser les limites de la connaissance dans les domaines de l’exploration, de la science et de la technologie. Mark Kendall incarne cet esprit avec ses dispositifs novateurs et ouvre la voie vers une meilleure santé pour l’humanité.

PUBLIÉ EN 2012

Révolution dans la vaccination

Lire l’article original

Voir tous les projets

Programme

Prix Rolex à l’esprit d’entreprise

En savoir plus