close

Kathryn
Bigelow

Rolex et le cinéma

explorer

scroll-down

Kathryn Bigelow est la première et la seule femme à avoir remporté l’Oscar® de la meilleure réalisatrice. Sa maîtrise narrative et cinématographique, sa ténacité et son choix thématique engagé ont redéfini le paysage du cinéma d’aujourd’hui. La réalisatrice américaine est également productrice et scénariste de nombre de ses films.

Une pionnière

Elle étudie dans un premier temps la peinture au San Francisco Art Institute, avant de décrocher un master en cinématographie à l’université Columbia puis de devenir réalisatrice et de coécrire et réaliser son premier film The Loveless en 1981, qui a été salué par la critique. Dans les années 1990, elle réalise une trilogie de films défiant les conventions du cinéma d’action et acclamée pour son esthétique : Blue Steel (1990), Point Break, extrême limite (1991) et Strange Days (1995, écrit et produit par James Cameron, Témoignage Rolex).

Les thrillers politiques qu’elle réalise par la suite affirment sa position prépondérante à Hollywood avec Démineurs (2008) et Zero Dark Thirty (2012) : elle reçoit les prix de la meilleure qualité de l’image et de la meilleure réalisation pour Démineurs. Son film le plus récent, Detroit, réalisé et produit par elle, est un film inspiré des émeutes à Detroit en 1967 contre la violence de la ségrégation raciale aux États-Unis. Ses films suscitent une réflexion sur l’environnement politique qui nous entoure et consacrent la réalisatrice en tant qu’auteur à part entière. Ils évoquent des événements historiques reflétant la société et aident à leur tour à définir cette même société grâce à l’œuvre intemporelle de la cinéaste.

L’interview

Que souhaiteriez-vous que les jeunes réalisateurs retiennent de vos films ?

Je leur souhaite de réussir, de se tenir prêts à relever tous les défis, de ne pas faire de compromis, et que cet art compte.

Qu’est-ce que les jeunes réalisateurs doivent garder à l’esprit ?

Ils doivent avoir un but et leurs films doivent avoir du potentiel. Ils doivent compter non seulement pour eux, mais aussi pour le public.

 Continuez toujours à apprendre. Partagez votre savoir. Soyez généreux. La compassion est votre meilleure alliée.

Comment les encourageriez-vous à faire des films qui comptent ?

Je les encouragerais à raconter leur histoire. Qu’elle compte vraiment à leurs yeux. Et à ne pas faire de compromis.

 Servez-vous de vos dons pour laisser libre cours à votre imagination.

Pensez-vous qu’en tant que réalisatrice, vous avez une responsabilité envers les histoires que vous racontez ?

Je pense que les réalisateurs doivent porter une grande attention à l’histoire qu’ils racontent. Leur voix compte. Les films ont une portée significative en termes d’information du public, c’est pour cette raison qu’ils peuvent être vraiment percutants. 

Partager cette page