Karel KolomaznikUn cuir plus écologique

Publié en 1998clockTemps de lecture : 40s
scroll-down

Depuis quarante ans, dans le laboratoire de son université en République tchèque, Karel Kolomaznik découvre de nouvelles manières de recycler de grandes quantités de déchets issus du processus de production du cuir.

emplacementRépublique tchèque

De l’Argentine jusqu’à l’Inde, plus de 260 sociétés, 1000 tanneries et plusieurs milliers de personnes ont utilisé les recherches de l’ingénieur chimiste Karel Kolomaznik pour développer des procédés industriels visant à récupérer et recycler des déchets potentiellement toxiques issus de l’industrie du cuir.

 La notion de “déchet” est très relative. Si on souhaite trouver une utilité aux déchets, alors il nous faut modifier la philosophie qui sous-tend notre vision du monde, car les déchets d’une industrie donnée peuvent constituer une matière première précieuse pour une autre industrie.

Le traitement d’une tonne de peaux brutes produit 200 kg de cuir, 250 kg de déchets solides non tannés, 200 kg de déchets tannés et génère au total 50 000 l d’eaux usées et 8 kg d’un chrome extrêmement polluant. L’objectif de Karel Kolomaznik est non seulement d’épargner à l’environnement un risque de contamination résultant du processus de tannage, mais aussi de créer tout une gamme d’autres produits à partir de ses déchets, depuis les boyaux artificiels jusqu’aux colles pour l’industrie du bois en passant par la gélatine pour l’alimentation animale et le biogazole.

Le professeur Kolomaznik est titulaire de dix brevets tchèques et deux brevets de l’Union européenne pour les procédés qu’il a inventés. Ses étudiants et lui-même ont publié plus de 120 articles dans des revues scientifiques.

Il travaille depuis peu à étendre l’application de son travail à l’Asie, où est désormais délocalisé l’essentiel de l’industrie du tannage. Il vise également à toucher d’autres secteurs comme l’agriculture, les cosmétiques, la pharmacologie, le caoutchouc, les plastiques et le bâtiment.

  • 1 tonne

    Une tonne de peaux brutes est nécessaire pour produire 200 kg de cuir

Programme

Prix Rolex à l’esprit d’entreprise

En savoir plus

Partager cette page