arrowLeftProjets 2019

Lauréat des Prix Rolex 2019

João Campos-Silva

Le plus grand poisson à écailles d’eau douce, l’arapaïma, est menacé d’extinction. Le biologiste brésilien João Campos-Silva a noué un partenariat avec des associations locales et des leaders du secteur de la pêche pour sauver cette espèce, mais aussi pour préserver les moyens de subsistance et la culture des communautés indigènes qui dépendent des rivières d’Amazonie pour survivre.

Invitez d’autres personnes à découvrir les projets riches d’inspiration présentés aux Prix Rolex 2019.

« L’arapaïma est une créature fascinante. C’est un énorme poisson, qui peut atteindre trois mètres et 200 kilos. Il nourrit les peuples d’Amazonie depuis les débuts de l’histoire humaine », explique le biologiste. Mais la surpêche, la fragmentation de l’habitat et la pollution des eaux ont décimé les populations sauvages de ce poisson, dont l’extinction est proche en de nombreux endroits.


João Campos-Silva a déjà démontré que l’espèce pouvait être sauvée. La protection des petits lacs reliés au fleuve, dans l’Ouest de l’Amazonie, a permis non seulement de multiplier par 30 la population locale d’arapaïmas, mais également de sauver le lamantin, la loutre géante, la tortue tartaruga et le caïman noir d’une catastrophe certaine. Le repeuplement d’arapaïmas offre de nouveaux revenus à hauteur de milliers de dollars aux communautés forestières en difficulté.

 Les communautés locales ont participé à la régénération de la population du plus grand poisson à écailles au monde.

João Campos-Silva

L’homme de 36 ans envisage de renouveler l’expérience auprès de 60 communautés vivant en dehors des zones protégées, avec pour objectif de multiplier par quatre le nombre de poissons en trois ans seulement. « Les revenus permettraient de construire des écoles et des cliniques et de créer des emplois, en particulier pour les femmes, dans la pêche et la gestion de la pêche », précise-t-il. Sauver ce poisson s’annonce donc comme l’antidote à la pauvreté.

« L’arapaïma est devenu un poisson porteur d’espoir en Amazonie. La gestion de l’espèce par les communautés leur permet de voir l’avenir avec optimisme. » A terme, João Campos-Silva espère que l’idée de sauver des populations en sauvant la faune fera son chemin dans le monde entier.