arrowLeftProjets 2019

Lauréate des Prix Rolex 2019

Krithi Karanth

Alors que la population mondiale augmente et que la faune sauvage est en déclin partout sur la planète, les conflits se multiplient. La biologiste de la conservation Krithi Karanth est convaincue que ce problème peut être résolu.

Invitez d’autres personnes à découvrir les projets riches d’inspiration présentés aux Prix Rolex 2019.

Dans son Inde natale, les animaux sauvages sont confinés sur 5% de la surface du pays. Il en résulte chaque année des milliers de situations conflictuelles entre la population et des espèces sauvages – notamment des léopards, des tigres et des éléphants – avec pour conséquences des dégâts et des morts dans les deux camps.

Tous les ans, l’Etat indien verse 5 millions de dollars américains d’indemnités aux agriculteurs et aux villageois en compensation des dommages causés par les animaux, mais selon Krithi Karanth, les personnes indemnisées ne représentent qu’une fraction des personnes réellement touchées.

 Les conflits entre l’homme et la faune comprennent la destruction de cultures par des éléphants ou la perte de bétail par des tigres.

Krithi Karanth

En 2015, elle a créé un service permettant aux villageois de demander un dédommagement pour les pertes causées par la faune. Ce service, appelé Wild Seve, identifie les principales zones de conflit et vient actuellement en aide à un demi-million d’habitants de 600 villages à proximité des parcs nationaux de Bandipur et de Nagarahole, dans l’État du Karnataka. Il a enregistré 14 000 demandes pour 6400 familles, pour un montant de 200 000 dollars, atténuant l’hostilité des communautés et renforçant leur confiance envers les conservateurs.

A présent, elle souhaite étendre Wild Seve à 1000 villages supplémentaires et tester des mesures sur le terrain dans les zones très conflictuelles afin de réduire les dommages aux récoltes et d’accroître la sécurité des personnes, du bétail et de la faune.

L’attitude des communautés et la sensibilisation sont essentielles. Krithi Karanth, 40 ans, prévoit de monter l’initiative Wild Shaale, un programme de sensibilisation à la conservation qui sera mené dans les écoles des zones hautement conflictuelles afin de toucher quelque 20 000 enfants, et compte mener une enquête sur les comportements des communautés dans les villages vulnérables. A terme, elle espère que son projet servira de modèle de conservation applicable à l’échelle mondiale et destiné aux communautés situées à proximité de la faune sauvage.