Luc-Henri FageUne communication par l’art dans des temps reculés

Publié en 2000clockTemps de lecture : 45s
scroll-down

L’explorateur français Luc-Henri Fage a découvert il y a trente ans des peintures rupestres préhistoriques à Kalimantan. Il s’est battu pour sauvegarder ces trésors artistiques.

emplacementIndonésie

Au plus profond de la jungle de Kalimantan, la partie indonésienne de l’île de Bornéo, il existe des grottes qui abritent des peintures rupestres étonnantes, dont certaines datent de plus de 14 000 ans. La plupart d’entre elles affichent notamment des mains dont les contours sont tracés au pochoir. En 1988, lorsque l’explorateur, spéléologue et documentariste Luc-Henri Fage découvre pour la première fois ces dessins au charbon, il saisit immédiatement leur importance. Il s’efforce depuis lors d’attirer l’attention du monde sur ces vestiges préhistoriques et sur la nécessité d’assurer leur préservation.

 Avant notre arrivée à Kalimantan, cette région, grande comme la France, n’avait reçu la visite d’aucun archéologue.

Accompagné des archéologues Jean-Michel Chazine (France) et Pindi Setiawan (Indonésie), il entreprend dans cette zone de nombreuses expéditions, souvent très risquées, et découvre de nouvelles grottes et peintures dans les affleurements karstiques caractéristiques de la région. Les mains « négatives », prédominantes dans l’art pariétal qui orne les grottes de Kalimantan, étaient obtenues en projetant un pigment réduit en poudre très fine sur une main, avec la bouche ou à travers un tube creux. Nombre d’entre elles sont ornées de dessins symboliques uniques au monde. Luc-Henri Fage et ses collègues pensent qu’il pourrait s’agir d’un code de communication.

Cet art préhistorique, qui a survécu pendant des millénaires, est aujourd’hui soumis à de multiples menaces. En 2011, Luc-Henri Fage a co-écrit un livre, Bornéo. La mémoire des grottes, dans le but de financer la création d’un parc naturel dans les montagnes de Marang, où se situent les peintures les plus remarquables. Il a ensuite produit deux films sur ses découvertes. Luc-Henri Fage espère ainsi convaincre les autorités indonésiennes de limiter l’impact de l’activité locale des mines de charbon et des cimenteries, qui extraient le calcaire du karst. Il entend promouvoir l’écotourisme et le développement durable comme alternatives viables à ces industries.

  • 30

    Nombre de dessins de mains récurrents, composés de points symboliques, de lignes droites et de lignes brisées, référencés par Luc-Henri Fage

  • 1938

    Nombre de mains au pochoir et autres peintures découvertes dans une quarantaine de grottes de Bornéo jusqu’à 2011

  • Entre 10 000 et 25 000

    Âge de l’art pariétal des grottes de Bornéo (en années)

Programme

Prix Rolex à l’esprit d’entreprise

Découvrir

Partager cette page