Barbara BlockOcéans sous surveillance

Publié en 2012clockTemps de lecture : 40s
scroll-down

Barbara Block, professeur à Stanford, recense les plus grands prédateurs marins et révèle les mystères de leur existence et leurs perspectives de survie.

emplacementÉtats-Unis

La science permet d’étonnantes découvertes à propos de la faune sur toute la planète. Les scientifiques sont ainsi en mesure de dresser un carnet de santé des océans pour permettre leur gestion durable. Fascinée depuis toujours par l’océan, la biologiste marine Barbara Block étudie de près les grands poissons, comme les thons et les grands requins blancs, et les remarquables caractéristiques physiques qui leur permettent de se déplacer sur de longues distances.

 J’entrevois un avenir où ces bouées se retrouveront partout dans le monde, comme des pièges à souris acoustiques, constamment en train de surveiller les littoraux et de rendre compte des allées et venues des créatures marines autochtones et allochtones. Nous construisons petit à petit un outil fantastique pour la gestion de la vie sauvage des océans du monde entier.

Barbara Block et son équipe suivent leurs mouvements grâce à des bouées électroniques et des robots flottants qui permettent de détecter un animal recensé chaque fois qu’il se trouve à proximité. Les appareils envoient alors des signaux par satellite à un centre de données situé dans la station marine Hopkins de l’Université de Stanford, en Californie. Sur cette base, une image détaillée du mouvement de cette faune commence peu à peu à émerger. « Nous construisons un outil fantastique pour la gestion de la vie sauvage des océans du monde entier », explique Barbara Block, qui a étendu son projet à la surveillance des zones maritimes protégées de l’atoll Palmyra dans l’océan Pacifique et de l’archipel des Chagos, dans l’océan Indien. Les étudiants et le grand public ont également la possibilité de suivre les pérégrinations de chaque requin et chaque poisson recensé par l’intermédiaire d’une application nommée Shark Net.

Barbara Block a effectué des découvertes remarquables, comme ces trois incroyables sites saisonniers au large de la côte californienne qui attirent des milliers d’animaux marins, surtout des prédateurs, venus de tout le Pacifique. Elle surnomme cette région le « Serengeti bleu » en raison de ses similarités avec la grande réserve faunique d’Afrique, où des prédateurs vivent en liberté. Le souhait sous-jacent à tous ses projets est d’étudier, de comprendre et de conserver la vie dans les océans.

Programme

Prix Rolex à l’esprit d’entreprise

Découvrir

Partager cette page