Kikuo MorimotoUn village de la soie

Publié en 2004HorlogeTemps de lecture : 0min 50s
Faire défiler

Kikuo Morimoto a offert un renouveau au travail de la soie, une tradition séculaire qui a failli disparaître dans un Cambodge ravagé par la guerre. Pour ce faire, il a formé des tisserands et créé des ateliers autofinancés.

emplacementCambodge

Parmi les nombreuses victimes des décennies de conflit qui ont secoué le Cambodge au cours de la seconde moitié du 20e siècle, la quasi-disparition du bagage culturel du pays et de ses compétences traditionnelles passerait presque inaperçue. Durant cette période, c’est tout une génération qui n’a pas hérité de la sagesse d’un passé riche en traditions prestigieuses, à l’image de la production d’une soie de haute qualité qui faisait jadis la réputation du pays.

 Nous produisons désormais une soie obtenue à partir de produits naturels cultivés dans notre forêt, en prenant grand soin de l’environnement. Je crois que nous sommes sur le point de devenir un village durable.

L’expert japonais de la soie Kikuo Morimoto s’est engagé à permettre le renouveau de la culture du travail de la soie au Cambodge avant qu’elle ne soit perdue à jamais. Ce sont par la même occasion des centaines de femmes pauvres qui ont retrouvé de quoi faire vivre leur famille grâce à son Institut des textiles traditionnels khmers (IKTT).

En 2000, après des années de travail intense, Kikuo Morimoto a fait l’acquisition d’un terrain non loin des célèbres ruines d’Angkor. Il y a rassemblé des tisserands afin de réunir sur place toute la filière et éviter de passer par des intermédiaires. Les mois suivants ont été consacrés à tisser de la soie sans relâche afin de maîtriser les standards de cette activité hautement qualifiée. Moins de vingt ans plus tard, ce terrain abrite désormais un véritable village traditionnel de tisserands de la soie. Chaque année, des visiteurs venus du monde entier y affluent pour acheter les tissus d’une exquise confection fabriqués sur place. Le village compte une cinquantaine de maisons où vivent plus de cent cinquante résidents permanents. Une école prodigue une éducation à cinquante élèves. Comme le souhaitait Kikuo Morimoto, des milliers d’arbres ont été plantés à proximité du village : des mûriers pour nourrir les vers à soie, ainsi qu’un grand nombre d’autres arbres et arbustes destinés à faire pousser les produits nécessaires à la création de teintures naturelles.

  • 4000

    Nombre d’arbres plantés à proximité du village

  • 23

    Surface de l’établissement (en hectares)

Voir tous les projets :

Programme

Prix Rolex à l’esprit d’entreprise

En savoir plus