Une passion pour l’architecture

clockTemps de lecture : 1 min 40 s
scroll-down

Quand Rolex construit ou étend son Siège ou ses bâtiments de production, elle accorde la même attention au détail et à l’esthétique que lors de la fabrication de ses précieux Chronomètres.

par Michel Nemec

En 1961, Rolex lance un ambitieux projet de nouveaux bâtiments pour abriter le Siège administratif et les ateliers horlogers de la marque à Genève, en Suisse. À la pointe de l’innovation depuis sa création, la manufacture horlogère manifeste une passion pour la modernité dont l’architecture est à l’époque l’une des expressions les plus emblématiques.

Avec le bureau d’architectes Addor, Julliard & Bolliger, Rolex va marquer le paysage architectural de la ville en érigeant, dans le quartier industriel de Praille-Acacias, une double tour sur pilotis. Il s’agit là d’une réinterprétation inédite et éminemment contemporaine de la notion de fabrique, qui regroupe sur un même lieu toute une série d’activités allant de la fabrication à la diffusion, en passant par la commercialisation et le service après-vente des produits horlogers. Mêlant dans une unité spatiale bureaux et ateliers de fabrication, le bâtiment constitue un organisme complet, complexe et autonome. Cette double tour faite de métal et de verre véhicule des concepts propres à la marque tels que précision du détail, soin dans les assemblages et technicité. Le nouveau Siège de Rolex deviendra rapidement une œuvre emblématique de l’architecture moderne à Genève.

CONSTELLATION INDUSTRIELLE D’ENVERGURE

Au début des années 2000, Rolex entame un redéploiement industriel d’une ampleur sans précédent. Après la construction d’une nouvelle unité de production à l’est de Genève, la marque entreprend la réalisation de deux autres entités aux dimensions monumentales. Ces projets seront confiés à l’agence d’architecture genevoise Brodbeck-Roulet en association avec la société d’ingénierie civile Guscetti & Tournier SA (aujourd’hui Ingeni SA).

 Rolex est le maître d’ouvrage qui accorde le plus d’attention à ce qu’il construit.Gabriele Guscetti, Ingeni SA

Le site du Siège mondial des Acacias se métamorphose en un imposant complexe administratif et industriel aux allures de « downtown » métropolitain. Cette transformation allie l’élégance moderne des tours d’origine, rehaussées de plusieurs étages, aux proportions monumentales des nouveaux ateliers horlogers. Des façades de verre gris anthracite dessinent les contours du nouveau Siège de Rolex, dont émergent les deux tours jumelées, recouvertes d’une seconde façade en verre de la couleur verte emblématique de la marque.

Rolex réalisera dans la foulée un deuxième complexe industriel de grande ampleur au sud-ouest de la ville de Genève. Compact et massif, ce nouvel ensemble industriel offre près de 130 000 m² de surface utile, répartis sur onze niveaux, dont cinq en sous-sol. Ses attributs techniques et architecturaux demeurent identiques à ceux du site des Acacias : polyvalence des espaces par l’optimisation dimensionnelle de l’ossature porteuse ; ambiance lumineuse adaptée aux besoins spécifiques par le contrôle automatique de la lumière naturelle ; préfabrication des éléments structurels et des façades et emploi de systèmes modulaires de grande précision ; panneaux de façades en verre ; logistique interne automatique et informatisée.

Siège Mondial, 1995.

ÉVOLUTION ET FLEXIBILITÉ

Jadis bâtiments, les complexes industriels de Rolex atteignent désormais la taille d’« hyperîlots » au sein de la ville, participant du phénomène plus général de concentration et de complexification de la société urbaine contemporaine dont l’hypertrophie de l’architecture n’est que le reflet. Leur densité et leur compacité fait penser aux grandes infrastructures commerciales, sportives, culturelles ou de mobilité. Mais leurs dimensions répondent aussi à la condition de polyvalence exigée par le commanditaire et souvent invoquée par les architectes et les ingénieurs chargés du projet. Une condition en phase avec la flexibilité requise par l’évolution constante des conditions économiques et technologiques et qui n’est envisageable qu’en présence d’infrastructures techniques performantes.

Les bâtiments de Rolex sont l’expression contemporaine de principes architecturaux qui s’imposeront tout au long du XXe siècle au sein des métropoles modernes. La rationalité des procédés industriels joue à cet égard un rôle déterminant sur l’évolution architecturale et le renouvellement des codes esthétiques.

Aujourd’hui, la rigueur de l’architecture moderne semble avoir quelque peu perdu de son aura porteuse de progrès. Elle a cédé la place aux exploits architecturaux rendus possibles par les prouesses de l’ingénierie contemporaine et par des matériaux aux capacités inédites. Les formes « surprenantes » rendues possibles par l’innovation technologique se généralisent au point de devenir la règle. À la beauté de la vérité constructive se substituent ainsi le plaisir et le prestige que procure une forme « exceptionnelle » ou un emballage exclusif.

Mais là n’est pas l’attitude adoptée par Rolex. Dans ses réalisations genevoises, la marque opte pour l’innovation technologique au service de la fonctionnalité. Ainsi, l’héritage de l’architecture moderne semble toujours d’actualité. Cependant, l’efficience technique et fonctionnelle résultant de l’emploi de technologies innovantes procure désormais confiance et aisance. Si l’efficience d’un produit de haute précision est la condition indispensable de sa qualité, chez Rolex, la discrétion sur les moyens d’y parvenir semble de rigueur.

UNE ARCHITECTURE FONCTIONNELLE

Gabriele Guscetti du bureau Ingeni SA, chef de projet et ingénieur des nouvelles constructions de Rolex aux Acacias et à Plan-les-Ouates, résume parfaitement la démarche architecturale de Rolex :

« Rolex est le maître d’ouvrage qui accorde le plus d’attention à ce qu’il construit, à chacune des techniques au service de l’architecture. Comme dans une montre, chaque élément compte et mérite toute attention, jusqu’au petit joint qui assure l’étanchéité. Chaque composante d’un bâtiment compte autant que leur somme, que l’ouvrage tout entier… Les constructions de la marque sont des projets uniques, qui génèrent de nouvelles applications de techniques de pointe souvent déjà existantes, mais spécifiquement développées et adaptées aux besoins de Rolex. Des applications originales, toujours fondées sur une raison d’être objective. Il n’y a jamais de mise en scène, de recherche d’extravagance. L’architecture des bâtiments de Rolex est avant tout rationnelle. Avec comme impératif une flexibilité d’évolution. Les gens qui travaillent dans ces bâtiments doivent pouvoir disposer d’un outil performant. Et en même temps s’y sentir bien. »

La technologie au service de la fonctionnalité, de la performance et de l’ergonomie. L’esprit que Rolex insuffle à ses réalisations architecturales fait résolument écho à celui qui gouverne la conception de ses montres.

Notre esprit fondateur

Perpetual

En savoir plus

Partager cette page