Maria E. Manteca OñateUne force de la nature

Publié en 2000clockTemps de lecture : 50s
scroll-down

Pendant presque trente ans, Maria Eliza Manteca Oñate a travaillé sans relâche pour lutter contre les atteintes à l’environnement dans les Andes équatoriennes. Il lui a fallu pour cela convaincre les agriculteurs locaux qu’il était possible de vivre de la terre sans endommager les sols.

emplacementÉquateur

Maria Eliza Manteca Oñate a des raisons d’être heureuse. Sa croisade visant à contrecarrer les conséquences de décennies d’une mauvaise gestion agricole est en train de prendre effet dans le pays de son cœur, l’Équateur. Les méthodes développées par sa Fondation Golondrinas sont désormais soutenues par le gouvernement dans le cadre d’une politique connue sous le nom de granjas integradas (fermes intégrées).

 Je me suis fixé pour objectif de trouver une façon de gagner de l’argent afin de pouvoir retourner travailler dans mon village avec les habitants et améliorer leur situation économique.

Des pratiques agricoles destructrices et une surexploitation du bois ont entraîné la disparition de plus de 90 % des forêts naturelles d’Équateur, avec à la clé des conséquences catastrophiques pour l’environnement et pour les habitants. En 1991, déterminée à protéger les parcelles de forêt restantes et à améliorer les conditions de vie des populations locales, Maria Eliza Manteca Oñate créée près de son village une réserve naturelle, la Fondation Golondrinas. En 1998, elle utilise les revenus de l’hôtel qu’elle gère à Quito pour établir une ferme modèle, Peña Negra, où adultes et enfants peuvent apprendre à protéger et à vivre de leur terre. Cette ancienne infirmière reçoit alors un Prix Rolex pour ses efforts dans le domaine de la conservation.

Toutes ces actions portent aujourd’hui leurs fruits. Désormais complètement reboisée, la ferme modèle, qui se trouve au cœur du projet, abrite aujourd’hui 55 espèces de plantes différentes. Les agriculteurs y appliquent des méthodes de permaculture et d’autres techniques enseignées par la fondation. Une seconde ferme, destinée à la culture de plants de café, est en cours de création près de la ville voisine de Santa Rosa. Les étudiants sont toujours les bienvenus, Maria Eliza Manteca Oñate ne manquant jamais l’occasion de les encourager à se lancer dans des recherches sur les plantes médicinales de la forêt humide. L’ouverture d’un autre hôtel en vue de générer des revenus supplémentaires est actuellement à l’étude.

  • 1400

    Superficie (en hectares) de la réserve de Golondrinas, aujourd’hui forêt protégée, que Maria Manteca ambitionne d’étendre à 25 000.

  • 1350

    Altitude (en mètres) de la deuxième ferme modèle, Santa Rosa

Programme

Prix Rolex à l’esprit d’entreprise

En savoir plus

Partager cette page