arrowLeftProjets 2019

Lauréat des Prix Rolex 2019

Grégoire Courtine

Pour le chercheur Grégoire Courtine, un dos brisé ne doit plus être un obstacle pour remarcher.

Invitez d’autres personnes à découvrir les projets riches d’inspiration présentés aux Prix Rolex 2019.

Encore récemment, le fruit du travail du chercheur français basé à Lausanne, en Suisse, aurait relevé du miracle : sa conception d'un « pont » électronique pour contourner la zone lésée de la moelle épinière permet au cerveau des patients de reprendre le contrôle de leurs jambes... et de marcher à nouveau.

Le but des travaux de recherche de Grégoire Courtine est d’implanter une neuroprothèse reliant le cerveau du patient à la moelle épinière lombaire et commandée par une technologie sans fil. Ce système transmet les signaux du cerveau contrôlant les mouvements volontaires vers les jambes par une simulation électrique de la partie inférieure de la moelle épinière et aide les nerfs endommagés à se reconstruire.

 Je continuerai de travailler au développement d’un traitement pour les lésions médullaires jusqu’à ce que l’on trouve le moyen de les guérir.

Grégoire Courtine

« Le mouvement a toujours été très important pour moi parce que j’adore le sport », explique Grégoire Courtine, passionné de varappe et de sports extrêmes. « C’est ce qui m’a poussé à étudier la façon dont le cerveau contrôle les mouvements. » Sa rencontre fortuite avec un jeune athlète en fauteuil roulant a encore renforcé sa détermination à trouver un remède.

Grégoire Courtine, 42 ans, a récemment permis à trois hommes paralysés depuis plusieurs années de remarcher. Aujourd’hui, ils parviennent à se tenir debout et à parcourir de courtes distances aidés de béquilles. Par la suite, il envisage de mener des essais cliniques avec trois patients paralysés depuis environ un an. Ils réapprendront progressivement à marcher à l’aide du pont et d’un harnais suspendu.

Cette expérience définira le cadre technologique et conceptuel de la mise au point d’un implant qui rétablirait le lien entre le cerveau et la moelle épinière. Cette interface pourrait un jour devenir un traitement commun pour tous ceux qui ont perdu l’usage de leurs jambes suite à une lésion de la moelle épinière.